top of page
  • Photo du rédacteurMicheline PACE

Venise en janvier



La Sérénissime. La perle de l’Adriatique. Ville éternelle, aussi, à sa manière. Les qualificatifs pour désigner Venise affluent à l’instar de ses richesses patrimoniales.


La Place Saint-Marc habillée de sa basilique éponyme millénaire de style byzantin, le typique Pont Rialto (1591), le Palais des Doges (animé par les grands artistes italiens Carpaccio, Tintoret, Bellini) affublé de son célèbre Pont des soupirs où fut même emprisonné Casanova ainsi que ses multiples églises s’admirent tant de l’extérieur que de l’intérieur tels un musée en plein air invitant à s’y immerger. Sans omettre San Rocco qui brille de mille feux en plein centre et, bien plus loin, dans une ruelle sinueuse perdu dans un beau jardin la Fondation Peggy Guggenheim!





Une chose qui frappe tout visiteur demeure son réseau de transports publics dénué de voitures : posée sur l’eau, Venise a dû développer des voies de communications bien particulières ; de jolis bateaux – Vaporetto - permettent les déplacements au travers les principales artères de la cité tout en desservant toute la lagune dont les illustres îles colorées de Burano et Murano illustres pour leurs dentelles ou les souffleurs de verre. La gondole à utiliser pour une balade en amoureux reste peut-être un cliché éculé imprimé dans tous les cerveaux mais aussi un de ses emblèmes des plus dépaysants de pur bonheur.

Quand visiter le plus librement Venise ? C’est une question que tous se posent. Janvier est certainement le moins peuplé et sa lumière d’hiver inonde la ville d’un charme suranné hors du temps et de l’espace. Période de soldes et des préparatifs du Carnaval, ce premier mois de l’année est surement l’un des plus propices pour visiter la Sérénissime.


Photographie : GHP agence 7ex

Kommentare


bottom of page